neurontin et lyrica doivent être retiré du marché !

Publicités
Publié dans Non classé | 2 commentaires

introduction aux principes de la médecine moderne

Les médicaments induisent des troubles cognitifs:   Partie1 et Partie2
La démence et les délires induits par les médicaments sont généralement attribuées à tort à la maladie médicale sous-jacente ou simplement à la «vieillesse». Mais les patients (et même leurs médecins!) pourraient ne pas savoir que par l’arrêt ou la modification de la posologie de nombreux médicaments fréquemment prescrits, la plupart des patients peuvent être restaurés à un état pré-drogue de la fonction mentale.

Environ 9,6 millions d’Américains âgés subissent des effets secondaires négatifs de leurs médicaments chaque année. Des effets secondaires connus sont traitées comme si ils étaient de nouvelles maladies et des médicaments supplémentaires sont prescrits pour traiter les effets secondaires au lieu d’essayer de les prévenir.
Plus de deux millions d’Américains sont envoyés à l’hôpital ou gravement blessés par des effets secondaires de chaque année. En fait, avec plus de 100.000 décès chaque année, les réactions indésirables aux médicaments sont une des principales causes de décès aux États-Unis – et bon nombre de ces cas sont évitables !
.
docteur Robert Mendelsohn
.
.
professeur Philippe Even
 .
.
.
.
.
professeur Peter C. Gøtzsche
.
.
.
.
.
..« L’industrie pharmaceutique a infiltré et corrompu tous les systèmes de santé publique dans le monde à tous les niveaux : médecins, instituts de recherche, publications scientifiques prestigieuses de même que les agences gouvernementales comme la FDA. Très peu de gens tirent avantage des médicaments qu’ils consomment. En fait, les médicaments seraient la troisième cause de décès dans les pays riches…Pour sortir de cette situation intenable, il faudrait rien de moins qu’une révolution : abolition des brevets en pharmacie; interdiction de tout marketing et de toute recherche clinique à l’industrie ; disqualification systématique de tout expert ayant un conflit d’intérêts, qu’il soit financier ou simplement intellectuel. Notre système de santé serait donc menacé non pas par le vieillissement de la population, mais bien par l’explosion de la pharmaceutique. »
.
« la médecine est devenue folle » (ARTE télé)
les autres émissions, reportages, vidéos, sur les médicaments, la médecine et surtout les escroqueries, a ne pas manquer :

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, puis sur traduire automatiquement, puis en français.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

principes des addictions psychiatriques

11. Les médecins qui prescrivent des interventions biopsychiatriques ont en général une estimation irréaliste des risques et des bénéfices du traitement. Les interventions biopsychiatriques sont fondées sur le principe du “désemparement et déni iatrogènes” (iatrogenic helplessness and denial, IHAD). Il se réfère au mécanisme qui fait que le patient perd, par la façon dont le traitement est appliqué et par l’effet chimique ou neurologique du traitement, toute capacité d’évaluation de ses réactions, du handicap créé par le traitement, et des assertions du médecin. « Le psychiatre biologique utilise des techniques connues d’autorité et impose des traitements destructeurs du SNC pour obtenir un désarroi et une dépendance accrus du patient. » La IHAD implique le déni de la part et du médecin et de la part du patient des dommages créés par le traitement, tout autant que des réels troubles psychologiques et contextuels présents. La IHAD rend compte de la fréquence avec laquelle les traitements par techniques destructrices du cerveau sont utilisés en psychiatrie: électrochocs, psychochirurgie, et médication toxique. Le fait que le traitement détruit des fonctions cérébrales amène la soumission du patient par le biais de la perte de fonctions essentielles telles que la vitalité, la volonté et le raisonnement. Le déni vise non seulement la destruction des fonctions essentielles chez le patient, mais aussi le fait que ses problèmes psychologiques continuent. Ce déni est assorti de confabulation [procédé commun à toutes les addictions avec produit. [le déni est un procédé de défense archaïque (stade oral-anal)]]. Traitement biopsychiatrique = création d’un dommage cérébral plus ou moins permanent et irréversible
Les symptômes de sevrage sont souvent diagnostiquée à tort comme un retour de la maladie ou le début d’une nouvelle, pour lesquelles les médicaments sont alors prescrits.Au fil du temps, cela conduit à une augmentation du nombre d’utilisateurs de toxicomanes, à long terme
Mythe 1: Votre maladie est causée par un déséquilibre chimique dans le cerveau C’est ce qui est dit a la plupart des patiens, mais c’est complètement faux. Nous n’avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression n’ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.
psychrights : « Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux . »
psychiatrie mortelle et déni organisé grand forma
Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Les médicaments psychiatriques sont beaucoup plus dangereux que vous ne l’avez jamais imaginé !

« Dans l’histoire de la psychiatrie il y a une très vielle habitude d’ignorer les effets néfastes des médicaments ou de les attribuer essentiellement à la maladie sous jacente et ainsi de blâmer le patient plutôt que de blâmer la drogue… des millions de personnes ont été mises sous drogue, alors qu’elles n’en n’avaient pas besoin »
docteur joanna Moncrieff

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

lyrica (prégabaline) : antiépiléptique « le lyrica est une drogue dérivée du neurontin »

alerte FDA
L’ANSM alerte les professionnels de santé sur les risques de dépendance et d’abus de l’antiépileptique Lyrica et ses génériques à la suite de plusieurs signalements depuis 2010.
Pour limiter les conséquences de certains effets indésirables graves de la gabapentine ou de la prégabaline, il est prudent de n’exposer les patients que dans des situations où ces médicaments ont une efficacité démontrée et importante.
Au total, 13 morts ont été rapportées à ces médicaments : 8 patients exposés à la gabapentine et 5 exposés à la prégabaline. Dans 9 cas, une exposition in utero a été suivie de la mort du nouveau-né ou du foetus.
fraude scientifique majeure de Scott Reuben, financé surtout par Pfizer, concernant l’efficacité antalgique de Lyrica, Celebrex, Effexor…
Lyrica pour la fibromialgie : avis défavorable
Worstpills : le meilleur site mondial de conseil sur les médicaments
les médecins pensent que la fibromyalgie est liée à l’évolution du nerf. Ce n’est pas vrai.
Le lyrica est dans la liste des 77 médicaments sous surveillance renforcée de l’afssaps
Une étude britannique démontre l’inefficacité du Lyrica®, un traitement souvent prescrit en cas de douleurs chronique du dos.
Prégabaline (Lyrica) : mise en garde contre un risque suicidaire de Santé Canada
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

neurontin / gabapentine

Étant donnés certains effets secondaires graves de la gabapentine (Neurontin) ou de la prégabaline (Lyrica), « il est prudent de n’exposer les patients que dans des situations où ces médicaments ont une efficacité démontrée et importante », souligne la revue Prescrire dans son numéro de juillet.
La gabapentine, produit chimique dérivé de l’acide γ-aminobutyrique, est un médicament commercialisé sous le nom de Neurontin
Cette valeur est de 1 gramme neurontin est équivalent à environ 5 mg. de rivotril
suicide, prescription hors AMM, escroquerie
Alliance for Human Research Protection
Pfizer a payé 83,6 millions $ au gouvernement fédéral et 68,4 millions $ pour les 50 États et le District de Columbia. En outre, Pfizer a accepté de payer aux États un total de 38 millions de dollars
emea
Le baclofène, à l’origine commercialisé sous le nom de Liorésal®, est un dérivé de lacide gamma-aminobutyrique (GABA)
L’augmentation des ordonnances était concentrée chez les personnes âgées, les diabétiques, les personnes souffrant de problèmes de santé chroniques multiples et celles prenant déjà des opioïdes ou des benzodiazépines comme le Valium (diazépam) et le Xanax (alprazolam),
Publié dans Non classé | 3 commentaires

Justice, class action, recours collectifs…

accusations criminelles de fraude pour la promotion et la commercialisation illégale de Neurontin par son prédécesseur, Warner-Lambert. Pfizer a accepté de payer 430 millions de dollars en règlement.
selon la plainte, les patients ont également reçu des prescriptions de Neurontin pour des conditions non approuvés par la FDA
325 millions $ de règlement de recours collectif Neurontin
recherche google
Pfizer fait face à des recours collectifs au Canada sur Neurontin
Publié dans Non classé | 2 commentaires

La métohode de sevrage est la même que pour les benzodiazépines

Professeure C Heather Ashton DM, FRCP, 2002 (ne pas tenir compte du chapitre sur les antidépresseurs, obsolète)
Une information assez complète sur le sevrage
Site d’information sur la dépendance et le sevrage aux benzodiazépines
Soutien au sevrage des benzodiazépines
informations sur les benzodiazépines
forum d’entraide au sevrage des benzodiazépines et assimilés
« Certains de ces groupes de victimes des tranquillisants peuvent documenter sur des personnes qui ont encore des symptômes de sevrage dix ans après l’arrêt.  » – Professeur Malcolm H Lader , Royal Maudesley Hospital
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire